• Composition des couches jetables

    Les fabricants de couches sont assez discrets sur la composition exacte de leurs couches. Ils ne sont soumis à aucun test ou contrôle indépendant (comme la plupart des produits mis sur le marché, notamment jouets, produits d'entretien et produits cosmétiques).

    Néanmoins en plus de la pâte à bois et du plastique, nous pouvons citer

    • le polyacrylate de sodium (polymère absorbant). Ce produit a été retiré des tampons hygiéniques féminins en 1985 car associé au syndrome de choc toxique. Il est recommandé de ne pas déchirer les couches car le contact avec les yeux ou l'inhalation de cette substance est dangereux ;
    • les parfums et autre produits chimiques agressifs pour la peau de bébé ;
    • le benzol, produit cancérigène, découvert dans les couches en 1988 par Öko-Test ;
    • le furane et la dioxine (découvert en 1989) issu du blanchiment au chlore. Ce sont des substances cancérigènes à long terme. Les dioxines sont aussi impliquées dans des dérèglements hormonaux, des déficiences immunitaires, des troubles de la fertilité, des troubles du développement neurologique ;
    • des organo-étain (découvert en 2000 par Greenpeace) en particulier le TBT (tributyle étain) polluant extrêmement toxique même en très faible concentration pour l'homme (système immunitaire et hormonal) et l'environnement ;
    • certains composés organiques volatiles comme le toluène, l'éthylbenzène xylène et le dipentène. Ces substances peuvent provoquer de l'asthme.

    Bien sûr, les fabricants répondent que leurs couches respectent les normes. Mais il est un fait certain : aucune étude sur le long terme n'a été faite pour évaluer les effets de ces substances chimiques (et de leur synergie) en contact permanent avec la peau et surtout le système reproducteur de bébé.

    Mais ce n'est pas tout. Les irritations sont causées par l'humidité (d'où le " bébé au sec, bébé heureux " mais les couches lavables modernes gardent aussi bébé au sec sans empêcher sa peau de respirer) mais aussi par la chaleur, la décomposition de l'urine en ammoniaque et les bactéries. Des études ont prouvées que la température scrotale (des testicules donc) est très importante chez les bébés portant des couches jetables. Ces dernières empêchent en fait le mécanisme naturel de refroidissement des testicules. "Si on ouvre la couche d'un bébé souffrant d'une infection avec température très élevée, c'est si chaud qu'on se brûle presque les mains" a déclaré Dr. Carl-Joachim Partsch, médecin en chef de clinique pour enfants de Kiel. Les couches jetables sont donc soupçonnées d'être impliquées dans l'infertilité masculine et le cancer des testicules.

    Alors tit lutin toujours aussi dégoûtée par les couches lavables ? Par ailleurs en lisant bien le mode d'emploi des couches jetables, on apprend que les excréments doivent être jetés dans les toilettes avant de jeter la couche (en rapport avec la présence de virus et de bactéries). Alors quitte à devoir mettre " la main à la pâte " autant protéger la santé de bébé non ?

    Néanmoins, si nécessaire, il existe des couches jetables, de la marque Moltex ayant obtenu de bons résultats à l'Öko test. Ces couches sont en général disponibles aux mêmes endroits que les couches lavables.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :