• Carton jaune pour le "trotteur"

    outre les dangers qu'il représente, le trotteur peut également
    fausser le développement de l’enfant.


    Carton jaune pour le youpala
    Très apprécié des parents et des tout-petits, le trotteur est décrié par les pédiatres, voire interdit dans certains pays. Petit tour sur un engin à roulettes très controversé.
    Et patatras dans les escaliers… Fier de tester son nouveau jouet sur roulettes, Chérubin profite d’une seconde d’inattention de sa maman pour dévaler les quelques marches de la maison sur son youpala. L’aventure aurait pu virer au drame. Elle finit quand même chez le médecin de famille, peu surpris de l’histoire: comme les chutes de la table à langer, les culbutes en youpala figurent parmi les accidents les plus classiques chez les tout-petits. Avec une lèvre enflée, Chérubin s’en sort bien. Il en est quitte pour la peur, tout comme sa maman… sermonnée par les services de la petite enfance. C’est que l’utilisation de cet engin est peu recommandée en Suisse, comme au-delà de nos frontières.

    «Mettre un enfant dans un youpala, c’est comme donner une Ferrari à un adolescent», résume-t-on à l’Organisme médico-social vaudois, la référence en matière de prévention de la petite enfance. Tout va trop vite avec le youpala. Aussi appelé trotteur, baby-trott ou marchette au Canada, ce drôle de véhicule monté sur roulettes est formé d’un cadre rigide et d’une sorte de culotte suspendue à l’intérieur qui supporte l’enfant en position assise ou debout. Généralement utilisé pour des bambins de 6 à 11 mois, il leur offre une mobilité accrue et les expose à des lieux ou des objets dangereux.

    Jouant à l’auto tamponneuse contre les meubles, Chérubin se sent faussement en sécurité dans son engin et roule à toute vitesse d’une pièce à l’autre de la maison, attrapant tout ce qu’il trouve à sa portée, sur la table basse du salon, sur les chaises qu’il bascule et les étagères qu’il ébranle. Un tapis peut l’arrêter brusquement et le projeter sur un angle saillant. Sans parler des escaliers… Il peut atteindre une vitesse de deux mètres par seconde, révèle l’Office de la naissance et de l’enfance de Belgique dans une brochure sur les dangers du youpala.
    Et c’est la tête qui prend tout. Dans le meilleur des cas, comme pour Chérubin, elle heurte la tablette du youpala. Au pire, elle sera projetée contre un mur ou les marches d’un escalier: 93% des accidents provoqués par les trotteurs ont des conséquences graves ou très graves, selon la brochure belge.

    Tout va trop vite aussi par rapport au développement de l’enfant. Le tout-petit apprend à marcher d’abord en essayant de se relever, puis de tenir debout tout seul. Il utilise tout son corps pour chercher son équilibre. Dans le trotteur, il brûle ces étapes. On le met debout avant qu’il ne soit capable d’y arriver seul.

    Le hic, c’est que les enfants adorent le youpala avec lequel ils s’amusent comme des fous. Pour le plus grand bonheur des parents, qui voient là un moyen de retrouver leurs deux mains de libres.

    Les mises en garde font d’ailleurs bien rigoler certains papas sur internet quand elles ne sont pas tempérées par des mamans qui transmettent les conseils donnés par leur pédiatre. Ainsi, si on ne veut pas priver Chérubin de son véhicule à roulettes, il serait raisonnable de ne l’y laisser qu’une heure par jour par tranches d’un quart d’heure, sous haute surveillance, sur une surface plane et sans escaliers ou protégés par une barrière de sécurité, et de bien ajuster la hauteur du youpala pour que les pieds de l’enfant touchent le sol à plat. Le youpala idéal devrait quant à lui être équipé de roulettes agrippantes qui s’accrochent aux marches comme les caddies de magasin sur l’escalator…





    Parole d’experte
    Christine , infirmière consultante en prévention petite enfance à l’OMSV, Organisme médico-social vaudois, à Lausanne.

    L’utilisation du youpala causerait de graves accidents chez les enfants. Que disent les statistiques?
    Les enquêtes portent en général sur les chutes ou les causes de blessures. Il en ressort que l’utilisation du youpala quadruple le risque de blessures par chute dans un escalier et, dans ce genre d’accident, double celui de fracture du crâne.

    Le youpala est tellement peu recommandé qu’il est même interdit dans certains pays. Qu’en est-il de la Suisse?
    Le trotteur est interdit au Canada depuis 2004 et en Australie également. La commission européenne n’a pas de position claire. Quant à la Suisse, les pédiatres et chirurgiens pédiatres recommandent de ne pas l’utiliser. Le groupe de pédiatrie sociale et préventive de la Société suisse de pédiatrie travaille actuellement sur ce dossier. Une interdiction serait souhaitable.

    Y a-t-il d’autres jouets ou accessoires pour enfants qui soient si controversés que le youpala?
    Le yoyo ball (ou balle hérisson, ndlr: une petite boule en caoutchouc remplie de liquide et accrochée à un élastique) a défrayé la chronique au printemps 2003 avant d’être rapidement interdit. Dans un autre genre, l’usage de la lolette est aussi très controversé…

    Les parents sont-ils officiellement mis en garde?
    Dans le canton de Vaud, les infirmières de la petite enfance proposent à tous les parents des visites à domicile et des consultations durant lesquelles elles les sensibilisent à divers sujets dont les risques de traumatismes. Le Bureau de prévention des accidents (bpa) envoie aussi des brochures avec des conseils de prévention des traumatismes en lien avec l’âge.

    Le youpala n’aiderait donc pas l’enfant à apprendre à marcher?
    Bien au contraire. Il permet à l’enfant de se déplacer plus rapidement et d’atteindre des objets qui lui seraient autrement inaccessibles. Mais il est inutile pour le développement, voire contre-productif pour l’acquisition de la marche: ces enfants marchent plus souvent et plus longtemps sur la pointe des pieds.


    article tiré d'un magazine suisse

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :