• Allaitement et contraception

    L'allaitement comme méthode naturelle d'espacement des naissances : la MAMA

    MAMA signifie Méthode de l'Allaitement Maternel et de l'Aménorrhée. Grâce en particulier à la sécrétion de prolactine, l'ovulation est bloquée chez la mère qui allaite. Pour être efficace, cette méthode doit répondre à trois conditions :

    - allaitement exclusif ou quasi exclusif (pas de complément, pas d'eau, les compléments vitaminiques ou minéraux sont tolérés),
    - Absence de retour de couches (pas de saignements vaginaux après le 56ème jour post-partum),
    - Bébé de moins de 6 moins.

    Si ces conditions sont respectées, on considère que le risque de grossesse est inférieur à 2%, ce qui est équivalent aux méthodes de contraception courantes. L'efficacité de cette méthode est très corrélée avec la fréquence des tétées : plus le bébé tète souvent (nuit et jour) et plus ça marche. Si votre bébé espace beaucoup ses tétées, en faisant ses nuits par exemple, l'efficacité de la MAMA est remise en question même si les autres conditions sont remplies.

    La mise en œuvre à partir de 6 mois, parallèlement à la poursuite de la MAMA, d'une autre méthode naturelle de contraception (étude de la glaire, du col utérin, courbe de température) permettrait d'obtenir un risque de grossesse à 12 mois inférieur à 2%. En décembre 2004, l'ANAES (Agence Nationale d'Accréditation et d'Evaluation en Santé) a publié ses nouvelles recommandations en matière de contraception féminine, recommandations qui prend en compte la méthode MAMA. Vous pouvez lire le rapport sur le site de la Haute Autorité en Santé (organisme qui remplace l'ANAES).

    La pilule

    Les pilules classiques oestro-progestatives ne sont pas incompatibles avec l'allaitement mais elles sont déconseillées pendant l'allaitement (à moins que la mère ne désire sevrer dans un avenir proche) parce que les œstrogènes qu'elles contiennent induisent une baisse de la sécrétion lactée (NDW: à noter qu'une trop grande consommation de soja peut avoir le même effet car ce dernier est riche en œstrogènes végétal, info lue sur Lactaliste). La pilule Jasmine (anciennement Diane 35) est, par contre, incompatible avec l'allaitement à cause de l'anti-androgènes qu'elle contient.

    Les pilules progestatives (Microval, Cézarette) sont mieux indiquées puisqu'elles ne contiennent pas d'œstrogène. La progestérone passe dans le lait mais aucun impact sur la croissance de l'enfant allaité n'a été reporté. Toutefois, des cas de baisse de lait ont été rapportés chez certaines femmes. On conseillera donc d'attendre la sixième semaine post-partum avant de la commencer. Cette recommandation est valable pour toutes les contraceptions, le risque de grossesse étant nul avant 6 semaines. Ce délai permet à l'organisme de se remettre des bouleversements hormonaux de la grossesse et de l'accouchement.

    A noter qu'Implanon, l'implant contraception qui se pose sous la peau pendant une durée d'un an, est à base de progestérone et son utilisation est donc possible pendant l'allaitement selon les mêmes conditions que les pilules progestatives. Il est tout de même préférable de commencer par prendre une pilule progestative pendant deux ou trois mois pour voir si cela n'a pas d'impact sur la lactation : il est plus facile d'arrêter la pilule que d'enlever l'implant.

    Enfin, il faut savoir que l'usage d'un contraceptif à base de progestatif seul est déconseillé chez les mères qui ont présenté un diabète gestationnel car cela augmente de façon significative le risque d'apparition d'un diabète.

    Les stérilets

    Tous les stérilets peuvent être utilisés pendant l'allaitement, y compris ceux qui libèrent des progestatifs (Mirena par exemple). Contrairement aux pratiques courantes, il n'est pas impératif d'avoir eu son retour de couches pour pourvoir se faire poser un stérilet. Certains gynécologues refusent de poser un stérilet aux femmes allaitantes à cause des contractions utérines causées par la libération d'ocytocine pendant les tétées. Toutefois, le risque d'expulsion est extrêmement faible après quatre semaines post-partum.

    Autres méthodes

    Les préservatifs ne posent aucun problème. Le diaphragme non plus mais il est préférable d'attendre 6 semaines après la naissance pour l'utiliser, le temps que le col de l'utérus et le vagin reprennent leurs dimensions antérieures à la grossesse.

    L'anneau vaginal Nuvaring diffuse des oestrogènes en quantité équivalente à la pilule classique, il est donc déconseillé pour les mêmes raisons que cette dernière : risque de baisse de lactation.


    Source :
    www.lelienlacte.com

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :